I don't mind living in a man's world, as long as I can be a woman in it.

- Marilyn Monroe

Un gladiateur des temps modernes – Portrait de Rémi Côté

Ecrit par Anouk sur . Publié dans Football

 Rémi Côté - guerrier des temps modernes

 

L’histoire raconte que les gladiateurs étaient des combattants professionnels qui luttaient dans l’arène… jusqu’à ce que la mort s’en suive (pour eux ou leurs rivaux). Ils étaient dévoués corps et âme. Le peuple les considérait comme de vrais héros de l’arène.

À voir Rémi Côté jouer au football, on comprend rapidement qu’il fait partie de la trempe de ces grands guerriers de l’ère romaine. Gladiateur des temps modernes, Rémi se donne entièrement à son équipe et son sport.

J’ai eu la grande chance de voir Rémi jouer au football dans l’équipe collégiale des Vulkins de Victoriaville, ces deux dernières années. Dès que j’ai vu le numéro 5 en action, j’ai été impressionnée. Intense, passionné, fort, voire indestructible,  Rémi joue avec son cœur et déploie tous ses talents pour le bien de son équipe.

Rémi, c’est le genre de joueur qui en donne toujours plus. Pour lui, la loi du deuxième effort c’est une règle et non pas une exception. Il continue à avancer dans l’adversité… Il est le genre de joueur qui continue à accumuler des verges, même avec trois ou quatre joueurs de l’équipe adversaire sur son dos. Chaque match lui laisse une nouvelle blessure de guerre, et son uniforme est régulièrement marqué par le sang (le sien ou celui de ses adversaires).

Bref, il n’y a aucun doute, Rémi Côté est un guerrier et son arène est un terrain de football.

Un peu plus sur Rémi Côté  

Q. À quelle position joues-tu?
R. J’ai évolué au poste de porteur de ballon avec les Vulkins de Victoriaville tout au long de ma carrière collégiale. Mais il n’en a pas toujours été ainsi. Quand j’ai commencé, à l’âge de 10 ans (au flag football),  j’étais receveur. Je me suis ensuite promené à différentes positions, allant de demi défensif à centre arrière et allier rapproché. Quand j’ai joué avec les Incroyables au football juvénile, j’étais partout,  à l’offensive, à la défensive et sur les unités spéciales.

FAMILLE Côté

Q. Le football chez toi, c’est une histoire de famille. Raconte moi un peu de où ça vous vient cette passion pour le football.
R. Il faut dire qu’on est très familial chez nous, alors tout est une histoire de famille! On se soutient et se supporte dans tout ce que l’on fait. Ceci étant dit, le football n’a pas toujours fait partie de notre vie. La passion s’est développée quand mon grand frère Simon a commencé à jouer au flag football et ensuite au football. On l’a tous suivi!!!

Nous étions des petits gars qui bougeaient beaucoup. De plus, comme nous vivons sur une ferme laitière, nous étions habitués de travailler physiquement.  Le football est devenu rapidement naturel pour nous. Nos cousins ont également joué au football avec nous! Pendant mes années de football scolaire, tout le monde savait qui était les Côté.

Q. Ça fait quoi de jouer avec son frère au niveau collégial?
R. C’est certain que c’est l’fun de pouvoir jouer avec son petit frère. J’avais déjà eu la chance de jouer avec lui  lorsque nous étions au secondaire. Mais notre grande complicité s’est vraiment développée au moment où nous sommes arrivés au cégep. Lui, à titre de quart-arrière et moi, comme porteur de ballon, on peut dire qu’on fait la paire!

Q. On dit que tu es revenu au cégep pour avoir la chance de jouer avec ton frère…. Rumeur ou réalité?
R. C’est vrai que j’avais arrêté de jouer au football. Mais lorsque mon frère Jean-François a été recruté, le nouvel entraîneur en chef m’a également contacté. Coach P. (Christian Perron) m’a aidé à régulariser mon dossier scolaire afin de me permettre de non seulement, revenir dans les rangs des Vulkins, mais aussi, de compléter ma technique en gestion et exploitation d’entreprise agricole. Alors oui! La rumeur dit vraie! Mon petit frère m’a donné la motivation nécessaire de revenir sur les bancs d’école et de rechausser mes crampons.

Q. Parle-moi d’une personne qui t’a marqué pendant ton parcours de joueur de football.
R. Daniel Latour (dit-il sans aucune hésitation!)  C’est un gars qui jouait avec mon grand frère Simon à l’époque.  Il a été un peu comme le RUDY de l’école Joseph-Hermas-Leclerc à Granby… et aussi avec les Vulkins. Il n’était pas grand, mais il avait du cœur au ventre. Il jouait comme porteur de ballon et il était fort comme un bœuf. Quand j’étais gamin, j’étais impressionné par lui et je rêvais de lui ressembler.  Sa vie n’a pas toujours été facile, il avait entre autre des difficultés à l’école, mais il s’est toujours relevé et s’est battu pour avancer. C’était mon idole de jeunesse… et avec le temps, j’ai eu la chance de le côtoyer, et aujourd’hui, c’est comme un membre de ma famille.

GUERRIER

Q. Quelle serait ta plus grande fierté?
R.  Je suis très fier d’avoir, non seulement jouer collégial, mais d’avoir en plus, su prendre ma place sur le terrain en tant que joueur partant. Avec mes 5’10 et mes 195 lbs, ce n’est pas tout le monde qui croyait en moi. Je suis content d’avoir prouvé le contraire.

Je dois dire aussi que de terminer mon parcours collégial avec un diplôme en poche me réjouit. Sans le football, je ne suis pas certain que j’aurais eu la motivation nécessaire pour rester à l’école… Mais j’ai réussi! Et j’en suis très fier.

Q. Raconte-nous un souvenir marquant de football pour toi…
R. (Très humble… Rémi ne mentionne aucune de ses performances sportives. Et pourtant, il y en a des tonnes qui sont dignes de mention.)

En fait, je me souviendrai toujours de Coach P. Il m’a marqué au fer rouge (ou plutôt au fer mauve – les couleurs des Vulkins). C’est un homme généreux. J’ai beaucoup appris avec lui, tant sur un terrain de football, sur les bancs d’école que dans la vie en général. Coach P. et les Vulkins représentent une grande famille pour moi. Le sang mauve coule dans mes veines… pour toujours! Mon passage avec les Vulkins restera à jamais gravé dans ma mémoire.

Q. Qu’est-ce que le football apporte dans la vie?
R. Le football…. C’est non seulement ma grande passion et le plus beau sport au monde, c’est aussi un apprentissage de la vie! Tu apprends à être discipliné et à donner le maximum de toi même. Tu apprends à travailler pour ce que tu as et à vivre pleinement le moment présent! Quand tu joues au football c’est Do or die! Tu as juste une chance et il faut savoir la saisir!

Q. Qu’est-ce que ça prend pour être un bon joueur selon toi?
R. Je pense que la chose la plus importante pour jouer et surtout, percer dans le football, c’est d’avoir du cœur. Sans cœur, même si tu as plein de talent, tu ne te rendras pas loin car tu as besoin de jouer en équipe et de saigner pour les autres. La deuxième chose qui est importante, c’est d’avoir la passion du football. C’est trop intense et exigeant pour ne pas être passionné! Il faut travailler fort et s’investir à 100 %.

GUERRIER

Q. Une citation qui te ressemble ou te motives.
R. C’est une citation tirée du film La poursuite du bonheur  (The Pursuit of Happyness) avec Will Smith qui dit: « You got a dream… You gotta protect it. People can’t do somethin’ themselves, they wanna tell you you can’t do it. If you want somethin’, go get it. Period. »

Il y a toujours des gens qui veulent t’empêcher d’accomplir tes rêves… les gens ne pensaient pas que je réussirais au cégep… ou même au foot… et me voilà !! Cette citation veut tout dire pour moi. Elle m’a accompagnée dans mes moments de doute. 

Q. Quels sont tes projets pour le futur … (football) C’est quoi la prochaine étape? Où seras-tu l’année prochaine?
R. C’est certain que j’aimerais jouer le plus longtemps possible au football, mais je dois évaluer toutes les options qui se présentent à moi. Mais peu importe mon avenir, une chose est certaine, ce n’est pas la fin du football pour moi! Que ce soit en tant que joueur ou entraineur, le football fera toujours partie de moi!

Bonne chance Rémi!!!

Un grand merci à Johany Jutras pour ses merveilleuses photos.

 

 

 

 

 

Mots-clefs : , ,

COMMENTAIRE (1)

  • Christian Perron

    |

    Good job Anouk, c’est excellent, et Remy Je vais travailler aussi fort pour toi que toi pour les MAUVES! Well deserved!

    Répondre